Les Orgasmes Multiples, Ca Existe Vraiment ?

Une sexologue répond à toutes nos questions sur ce fascinant sujet...

Une sexologue répond à toutes nos questions sur ce fascinant sujet...

Jouir une fois, c’est déjà bon. Mais plusieurs fois, c’est encore mieux ! En tous cas, c’est ce que pensent de nombreuses femmes qui, du coup, recherchent parfois désespérément à connaître l’expérience du multi-orgasme. Mais en quoi consiste exactement cet orgasme multiple ? Et comment l’atteindre ?

Le multi-orgasme, qu’est-ce que c’est ?

Men and women can get multi orgasms

Le multi-orgasme est le fait de pouvoir jouir à plusieurs reprises lors d’une même séance d’activité sexuelle, entrecoupée ou non de périodes réfractaires. Largement représenté dans les média érotiques et pornographiques, le multi-orgasme féminin est vu par beaucoup comme une expérience extraordinaire qu’il faut vivre si pas le plus souvent possible, au moins une fois dans sa vie. Beaucoup se demandent comment faire… Mais avant de nous pencher sur la question, rappelons que si c’est le multi-orgasme féminin qui fait surtout fantasmer, le multi-orgasme masculin existe lui aussi.

Un homme, comme une femme, peut remettre le couvert plusieurs fois. La différence que l’on observe est dans la durée de la période réfractaire, statistiquement plus courte chez la femme. L’homme, en général, a besoin de plus de temps entre deux rapports pour recharger ses batteries. Ce qui ne signifie pas qu’une femme peut tout de suite s’y remettre : certaines ressentent une baisse d’énergie après un orgasme et d’autres une hypersensibilité du sexe et des muqueuses. D’autres, par contre, ont une période réfractaire très courte, et sont prêtes à répéter la chose tout de suite. Ce qui ne veut pas dire non plus qu’elles en aient nécessairement envie…

Mais comment fonctionne un orgasme multiple ?

How multi orgasms work

A la base, l’orgasme féminin est la réponse physiologique à l’excitation sexuelle, dans sa phase maximale. Physiologiquement, il se traduit par des contractions rythmées et involontaires des muscles vaginaux, accompagnées, selon les femmes, par une rougeur du thorax ou du cou, par des sueurs, par une accélération du rythme cardiaque ou de la fréquence respiratoire, et parfois par des larmes. Et pas seulement : chaque femme a sa propre réponse corporelle à l’apothéose du plaisir.

Pour atteindre ce septième ciel, la femme passe par des phases d’excitation qui vont crescendo, jusqu’à atteindre un seuil où l’orgasme devient possible. Chez certaines femmes, si l’excitation est entretenue et la stimulation bien dosée, cette phase plateau peut durer un certain temps. C’est durant cette phase plateau que certaines femmes disent connaître plusieurs orgasmes. Pour certaines, c’est le premier le meilleur, et les suivants sont des « petits orgasmes ». Pour d’autres, l’intensité va en grandissant. Encore une fois, cela dépend des femmes : le vécu de l’orgasme de la femme, sa réponse corporelle, et la manière dont elle se sent ensuite est très individuelle.

 

Recette miracle ?

No miracle recipe to get multi orgasms

Contrairement à ce que certains articles sur le Web peuvent le laisser croire, il n’y a donc pas de mode d’emploi universel pour avoir des orgasmes multiples . Et le problème de suggérer qu’il existe une recette miracle est que si ça ne fonctionne pas, on risque de rentrer dans un cercle vicieux où on le vit comme un échec.

Tout ce que l’on peut observer, c’est que les femmes qui expérimentent des orgasmes multiples connaissent en général bien leur corps. L’expérience sexuelle et l’âge pourraient également jouer un rôle – relatif : il semblerait que ce soit une expérience vécue plus à 40 ans qu’à 25. Mais encore une fois, cela dépend de chaque femme… Et ce n’est pas une fin en soi : une femme peut très bien être tout à fait satisfaite avec un orgasme, et connaître un goût de trop peu après un multi-orgasme. Le niveau de satisfaction d’une femme après un rapport dépend de bien plus que du nombre d’orgasmes vécus : la qualité de l’intimité et du partage y joue un rôle déterminant.

 

Ecrit parCharlotte Creplet, sexothérapeute à Sexocorner